Si vous êtes de ceux qui croient que vous n’avez pas le pouce vert parce que vous n’arrivez pas à cultiver des fines herbes à l’intérieur durant l’hiver… rassurez-vous, ça n’a rien à voir avec la couleur de votre pouce. De fait, ce n’est pas simple de réussir la culture des fines herbes dans la maison. Voici les principales causes de vos échecs :

  • Un éclairage insuffisant. Le peu de lumière qui entre dans nos maisons durant l’hiver n’a rien à voir avec le besoin de la plupart des fines herbes qui sont très friandes de soleil.
  • Un taux d’humidité trop bas (le romarin est particulièrement sensible).
  • Des pots ou des terreaux inappropriés.
  • Des plants achetés au supermarché qui sont déjà en mauvais état. Certains sont parfois affectés par des maladies ou des ravageurs, d’autres ont manqué de soins. Enfin, parce que ces plants sont commercialisés pour une utilisation courte, ils sont souvent trop denses. C’est ce que l’on peut l’observer dans le cas des plants de basilic.
  • Une transition inadéquate de vos plants cultivés à l’extérieur vers l’intérieur.

Des trucs pour que ça fonctionne :

Installez vos fines herbes devant une très grande fenêtre (de type porte-fenêtre) orientée au sud ou à l’ouest.

Si ce n’est pas possible et que vous croyez que l’investissement en vaut la peine considérant la quantité de fines herbes fraîches que vous avez l’habitude d’acheter durant l’hiver, installez vos pots sous un système d’éclairage artificiel (lampes fluorescentes ou à DEL). Complétez le tout avec une minuterie et réglez-la de façon à offrir 14 heures d’éclairage par jour à vos plant

 

Pour assurer un taux d’humidité plus élevé dans l’environnement de vos plants de fines herbes, regroupez-les ou…cultivez-les dans la salle de bain si l’éclairage est adéquat. Autrement, donnez un traitement de faveur à votre plant de romarin en utilisant deux soucoupes dont la deuxième beaucoup plus grande sera remplie d’eau jusqu’au niveau de la première placée directement sous le pot. En s’évaporant, l’eau maintiendra un taux d’humidité acceptable dans l’entourage immédiat de votre plant.

Utilisez des pots poreux (les pots en terre cuite sont préférables aux pots en plastique) et des terreaux qui se drainent bien. Les racines de la plupart des fines herbes sont particulièrement sensibles à l’excès d’eau. Elles risquent de pourrir lorsque l’arrosage est inadéquat. Le basilic est particulier, car il n’apprécie pas l’irrégularité en eau. C’est une bonne idée d’utiliser un contenant à réserve d’eau pour le cultiver. Autrement, assurez-vous qu’il ne manque jamais d’eau en l’arrosant régulièrement.
Lorsque vous faites des achats, optez pour des plants vigoureux et en santé. Retournez les feuilles pour vérifier qu’elles ne sont pas envahies par de petites bestioles. Et quand viendra le temps d’utiliser le basilic, coupez d’abord quelques plants à la base, ceci afin d’en réduire le nombre.

L’automne prochain, si vous choisissez d’entrer des plants à l’intérieur, faites-le dès que les températures nocturnes descendent régulièrement sous la barre de 10˚ C. Cela leur évitera un trop brusque changement entre les conditions de température et d’humidité extérieures et intérieures.

Entrez de préférence des plants de petites dimensions. Pour ce faire, faites des boutures ou des semis au milieu de l’été. Les gros plants de romarin et de laurier font exception. Ces fines herbes vivaces non rustiques peuvent faire l’aller-retour de l’extérieur vers l’intérieur et vice-versa durant plusieurs années.Pour minimiser le risque d’introduire des insectes ravageurs, immergez le pot dans l’eau tiède durant 8 à 12 heures, puis nettoyez minutieusement le feuillage en le vaporisant avec un jet d’eau.

 

 

Enfin, malgré tous ces bons conseils, il ne faut pas vous attendre à fournir tous les amis avec vos fines herbes cultivées à l’intérieur… De fait, il faudra les utiliser avec parcimonie jusqu’au retour des beaux jours et la culture à l’extérieur.

Pour en savoir plus sur la culture et la conservation des fines herbes: