La tomate, reine du potager

Je parie que vous cultiverez des tomates ! Bien sûr, la « reine du potager » est incontournable pour la plupart des jardiniers dont je suis. Mais, pour notre santé et celle de notre environnement, il faut penser diversité. D’ailleurs, avec les coûts de plus en plus élevés et la qualité douteuse de certains légumes vendus sur le marché (pensez au chou-fleur et à la laitue romaine) nous avons des raisons supplémentaires de planifier nos cultures de façon à profiter pleinement de la belle saison pour faire le plein d’aliments sains, frais et économiques. Toutefois, pour éviter des déceptions, mieux vaut effectuer le bon choix entre tous les légumes qui sont susceptibles de donner ou non des résultats satisfaisants. Et c’est dès le début de l’année qu’il faut entreprendre l’exercice en considérant certains critères.

 

Le chou est sensible aux ravageurs

Si vous êtes à vos premières armes en tant que jardinier, mieux vaut commencer avec des légumes de culture facile tels que le haricot, la laitue, le pois, le radis et bien sûr la tomate. Lorsque vous passerez au rang de jardinier intermédiaire, vous pourrez ajouter l’ail, la betterave, la carotte, le concombre, la courge, l’épinard, l’oignon, le poivron et le poireau. Enfin, après quelques années d’expérimentations, certains légumes qui ont des exigences particulières pourront s’additionner. C’est le cas de l’aubergine, du brocoli, du céleri, du chou de Bruxelles, du chou-fleur, du chou pommé, du maïs, du navet et de la pomme de terre. À ce stade, vous aurez également accès à de nombreux légumes moins communs tels que la baselle, la tétragone, l’artichaut, le topinambour, etc. En fait, le choix sera presque indéfini. Quel bonheur !

 

L’aubergine réussit mieux en pots

Votre jardin se limite à quelques pots sur le balcon. Qu’à cela ne tienne, privilégiez les légumes-fruits tels que la tomate (bien sûr), le poivron, l’aubergine, le piment (ces trois derniers croissent souvent mieux en pots qu’en pleine terre) et les légumes-feuilles comme la laitue et la bette à carde. Vous prévoyez aménager la façade avec des plantes comestibles, c’est une bonne idée de cultiver des légumes qui auront fière allure durant toute la belle saison et même jusqu’aux premières neiges. C’est le cas du chou pommé et du chou kale. Vous recherchez une plante légumière qui pourra utiliser la clôture ou la rampe de galerie comme support, pensez aux haricots grimpants ou aux courges d’hiver.

 

 

 

Bien sûr, il faudra considérer non seulement vos goûts, mais également ceux à qui les légumes seront destinés. De cette façon, il vous sera plus facile de requérir leur aide lorsque viendra le moment des récoltes.

Le chou rave gagne à être connu

Certains légumes relativement simples de culture ne sont pas toujours disponibles au marché. C’est le cas du chou rave, du piment de type Espelette et de plusieurs courges d’hiver fascinantes. Pensez-y !

Si vous profitez d’un jardin de moyenne ou de grande dimension, vous pourrez aussi songer à cultiver des légumes qui pourront être conservés de différentes façons. À titre d’exemple, chez moi les tomates sont mises en conserve, déshydratées ou congelées. Les haricots et les brocolis prennent le chemin du congélateur après avoir été blanchis, alors que les carottes et les pommes de terre trouvent refuge dans la chambre froide. Quant aux oignons et aux bulbes d’ail, ils sont entreposés dans des sacs de jute suspendus dans une pièce fraîche et sèche. Enfin, les choux, les navets, les concombres et les radis d’automne sont conservés par lactofermentation.

L’artichaut requiert une longue saison de croissance.

 

La zone climatique de votre jardin est aussi déterminante. Par exemple, le melon et l’artichaut nécessitant une longue période de croissance, il est illusoire de les cultiver dans les régions les plus froides, mais on peut espérer une récolte satisfaisante en zone 5 et même en zone 4 lorsque la météo est clémente.

 

Si vous cultivez dans un jardin communautaire ou collectif, renseignez-vous au sujet des cultures qui pourraient être interdites. C’est souvent le cas du maïs qui par sa très grande dimension porte souvent ombrage aux plantes des voisins.

 

Lapremière étape de la sélection des légumes franchie viendra celle du choix des variétés. Opterez-vous pour des variétés à pollinisation libre ou des variétés hybrides F1 ? Mais ça, c’est une autre histoire… à suivre.