Au potager, la fertilisation repose d’abord et avant tout sur les apports de compost effectués au printemps*. Toutefois, les plantes légumières les plus gourmandes que sont la tomate, le concombre, la courge, l’aubergine, le céleri, le chou et le maïs profitent d’un apport d’engrais naturel liquide au milieu de l’été, soit au moment où elles effectuent leur poussée de croissance. C’est la phase de l’adolescence quoi!

Pour ce faire, trois engrais naturels liquides peuvent être utilisés. Ce sont du plus simple au plus laborieux (à l’inverse du plus onéreux au plus économique), l’engrais d’algues liquide commercial, le thé de compost et l’extrait de plantes. Ces deux derniers sont de fabrication domestique.

L’engrais d’algues liquide

Lors de l’achat d’un tel engrais, assurez-vous qu’il s’agit bien d’un engrais naturel. Une façon de le vérifier consiste à s’assurer qu’il comporte un logo indiquant qu’il est approuvé pour l’agriculture biologique. Pour utiliser un tel engrais, tout ce que vous devrez faire est de le diluer dans l’eau selon les recommandations du fabricant, puis de l’appliquer au sol tout simplement (quoiqu’il soit aussi possible de le faire en vaporisation foliaire).

Le thé de compost

Le thé de compost, aussi appelé « extrait de compost » ou « purin de compost » est vraiment simple à fabriquer. Il s’agit de faire macérer une partie de compost (domestique ou commercial) dans deux parties d’eau durant deux à trois jours tout en brassant quotidiennement, mais en conservant le couvercle entre les brassages. Finalement, on transfère l’extrait obtenu dans un arrosoir dont on prendra soin d’enlever la pomme perforée (car elle risque de se boucher) et on en arrose la base des plantes. Le résidu de compost peut être déposé au jardin dans les sections qui ne comportent pas de paillis… quel dommage quand même**. Autrement, il peut retourner dans le composteur.

Une technique plus élaborée consiste à fabriquer un thé de compost oxygéné. Ce dernier sert non seulement à fertiliser les plantes, mais également à les protéger contre les micro-organismes pathogènes responsables des maladies des plantes. Pour tout savoir sur la fabrication du thé de compost oxygéné, consultez mon ouvrage Le compost, pourquoi, comment ? 

L’extrait de plantes

L’extrait de plantes qui est utilisé dans le but de servir de fertilisant est souvent appelé le “purin de plantes”, un terme que je n’apprécie pas puisqu’il offre une image nauséabonde négative associée aux purins animaux… ce qui ne risque pas de se produire si vous suivez ces instructions. 

Pour fabriquer un extrait de plantes, vous aurez besoin de : 

  • un kilo de plantes fraîches (ou 200 g de plantes séchées). Les plantes qui peuvent servir à la fabrication d’extraits de plantes sont principalement : l’ortie, la consoude, la fougère, le pissenlit et la bardane.
  • 10 litres d’eau. Utilisez l’eau de pluie ou à défaut l’eau du robinet ;
  • un seau de plastique de 15 à 20 litres.

Procédez de la façon suivante : 

  • coupez les plantes à l’aide d’un sécateur ou d’une cisaille ;
  • déposez les plantes dans le seau, ajoutez l’eau et brassez le tout ; 
  • déposez un couvercle non étanche sur le seau ;
  • laissez macérer durant 7 à 14 jours en brassant au moins une fois par jour durant plusieurs minutes ;
  • surveillez la présence de l’écume (un tapis de petites bulles homogènes) qui se formera à la surface de l’extrait. Lorsque celle-ci ne sera plus présente, vous disposerez de deux jours au maximum pour utiliser votre extrait sans quoi il entrera en phase de putréfaction ;
  • filtrez le tout à l’aide d’un tamis fin, un coton à fromage ou une vieille taie d’oreiller ;
  • diluez une partie de l’extrait dans neuf parties d’eau et appliquez le mélange au sol à l’aide d’un arrosoir manuel.
L’extrait de consoude. Photo : Édith Smeesters

La fréquence 

Pour les légumes cultivés en pleine terre et ceux cultivés dans des contenants à réserve d’eau, une seule application suffit la plupart du temps. Lorsqu’ils sont cultivés en contenants standards, les légumes profitent de deux applications. Trois traitements seront utiles lorsque des contenants poreux sont utilisés comme c’est le cas pour les pots de terre cuite et les sacs en géotextile.

Les précautions

Dans tous les cas, arrosez la veille, ceci pour éviter que les plantes soient assoiffées lors du traitement

Les thés de compost et les extraits de plantes doivent être utilisés au plus tard 48 heures suite à leur fabrication. Au besoin, le surplus pourra être utilisé au compost où il fera office d’activateur.

* Le compost… si indispensable au jardin 

** L’indispensable paillis au potager